images/headerlefonline.jpg
Delen van artikels

Sommet d’urgence sur la situation des Droits de l’Homme aux Philippines du 20 au 22 septembre à Reykjavík. Les ONG Quinoa, Autre Terre et Viva Salud appellent à l’action pour que cessent les intimidations et les attaques contre les voix qui critiquent le gouvernementdu président Duterte -médias indépendants, défenseurs·euses des Droits humains, ONG, avocat·e·s et journalistes.

Aux Philippines, depuis l’arrivée du président Duterte en 2016, des violations flagrantes des Droits humains -exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires de civil·e·s- ont été observées. Dans de nombreux cas, les auteurs présumés des meurtres sont des membres des forces armées, des groupes paramilitaires ou des personnes qui leur sont liées.

Alors que les Philippines est pointé par Global Witness comme le 'pays le plus meurtrier pour les activistes environemantaux en 2018', le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté, le 11 juillet la résolution qui demande au Haut-Commissariat des droits de l’homme des Nations Unies de présenter un rapport détaillé sur la situation des droits humains aux Philippines lors de leur prochaine session en juin 2020. Le gouvernement philippin avait auparavant critiqué cette résolution et cherché à la bloquer.

Sur l’ile de Negros -où se trouve le partenaire philippin de Quinoa, PDG-, la situation est extrêmement critique : nombreuses organisations paysannes avec lesquelles PDG travaille sont mises sous surveillance et directement menacées par les forces de police et l’armée. Ces faits font suite à l’assassinat, le 6 novembre 2018, de notre partenaire et ami, l’avocat Ben Ramos. Il aura payé de sa vie sa lutte pour les droits des paysan·ne·s sans terre aux Philippines, comme 60 autres avocat·e·s et 145 défenseur·euse·s des Droits humains depuis l’arrivée au pouvoir du président Duterte au pouvoir.

Les activistes Philippins ont besoin de soutien, de visibilité et de protection de la part de l`opinion publique et des autorités internationales, alors que Duterte s`éloigne progressivement des cadres légaux internationaux en matière de droits humains -Il a affirmé de manière unilatérale son choix de retirer officiellement les Philippines de la juridiction de la Cour Pénale Internationale, comme l`annonce le Washington Post-.

Prochaines actions
-Du 20 au 22 septembre, Sommet d’urgence sur la situation des Droits de l’Homme aux Philippines à Reykjavík.
-Le mercredi 6 novembre, Campagne ‘Justice pour Ben Ramos’ – Rassemblement devant l’ambassade des Philippines à Bruxelles.

Contacts
Porzia Stella et Jeanne Babar, Quinoa asbl
Responsables de campagne ‘Justice pour Ben Ramos’
Dit e-mailadres wordt beveiligd tegen spambots. JavaScript dient ingeschakeld te zijn om het te bekijken.Dit e-mailadres wordt beveiligd tegen spambots. JavaScript dient ingeschakeld te zijn om het te bekijken.

Damien Charles, Quinoa asbl
Chargé de mobilisation
Dit e-mailadres wordt beveiligd tegen spambots. JavaScript dient ingeschakeld te zijn om het te bekijken.

Quinoa asbl – 02 893 08 70 – www.quinoa.beDit e-mailadres wordt beveiligd tegen spambots. JavaScript dient ingeschakeld te zijn om het te bekijken.
Viva Salud - 02 209 23 65 - www.vivasalud.be
Autre Terre - 04 240 68 48 - www.autreterre.org