Gaston 1                                    Plus d'info

TPNW 50 nonukes.be NL

TIAN 50 nonukes.be FR

hands off assange banner 130x80 justice4assangeWEB

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels

Depuis mon dernier message, du 4 septembre, je viens vous informer de l’évolution de la situation des sans-papiers.
Trois éléments nouveaux :

  • La « deuxième vague » du COVID, et l’impossibilité pour les sans-papiers de se faire tester sans numéro national.
  • Le (re)confinement, et l’impossibilité pour eux de poursuivre un travail en noir, ce qui implique une absence totale de revenus. De plus, l’absence de carte bancaire, alors que quasi tous les paiements et achats sont devenus « sans contacts ».
  • La déclaration gouvernementale de la VIVALDI qui ne prévoit aucune démarche de régularisation, mais au contraire l’accélération des retours au pays.

Les analyses que nous avons faites depuis 2018 de leur situation sont reconnues par tous comme sérieuses, vous pourrez les découvrir sur le site www.BESP-sanspapiers.be.

Dans ce contexte, nous avons pris des initiatives au sein du Bureau d’étude des sans-papiers. Outre les analyses et études, nous avons fait et faisons aujourd’hui à nouveau appel aux dons et à bénévolat. C’est l’objet du présent mail.

Appel aux dons

À cette étape, 39 donateurs – MERCI A EUX ! - ont fait don de 2.615 € (liste des donateurs anonymisés en annexe). Comme indiqué ici, 600 € ont été affectés au Comité des femmes le 7 mai. Une somme de 1500 € a été affectée le 30 septembre au soutien à la scolarisation des enfants de sans-papiers à Bruxelles (ceux présents dans l’occupation de la Voix des Sans-Papiers (VSP) Ixelles, VSP family et les parents militants au sein du Comité des femmes). 20 femmes et 30 enfants ont ainsi été modestement soutenus (La liste complète des personnes aidées avec signature pour réception est à notre disposition).
Nous avons aussi souhaité soutenir les enfants de VSP Liège (23 enfants) et Verviers (9 enfants), mais le solde de 515 € dont nous disposons ne suffit pas. Il manque un peu plus de 1.000 €.
Une fois cette opération terminée, les dons suivants serviront tout simplement … à l’alimentation des occupations de SP ! Il nous revient que VSP family XL et la nouvelle VSP family de Berchem manquent de vivres élémentaires …

Nous vous invitons donc à verser un don (ou un nouveau don) sur le compte BE64 0688 9059 8352 de l’Université populaire de Bruxelles avec la mention « soutien enfants sans-papiers ». Nous ne délivrons (malheureusement) pas d’attestation fiscale.

Mais soyons clairs, nous sommes là dans des opérations caritatives liées à l’urgence, et ce n’est pas notre démarche de fond. Notre démarche est de produire de l’interpellation politique et du rapport de force pour changer ces situations inhumaines ! Des contacts politiques se nouent avec tous les partis et tous les niveaux de pouvoir, sur base de nos analyses et des cahiers de « recommandations ». La Coordination des sans-papiers a ainsi pu rencontrer la Ministre de l’éducation, Caroline Désir, mi-juillet, une prochaine réunion étant prévue avec elle fin septembre, en vue de prendre des mesures structurelles dans l’enseignement. Vu la situation COVID dans les écoles, cette réunion a été reportée. Nous avons également prévu d’envoyer l’étude « scolarisation des enfants de sans-papiers » à tous les directeurs d’écoles de la FWB, pour ouvrir le dialogue avec eux sur les frais de scolarité spécifiques aux enfants de sans-papiers.

Appel à volontariat

Comme les sans-papiers, nous sommes – vous êtes - aussi confinés, et sans doute pour de longs mois encore.
Si vous avez un peu de temps disponible, vous pouvez contribuer à la lutte des sans-papiers (et d’autres catégories de population vulnérables) de multiples manières.
Citons par exemple :

  • Nous voulons produire une analyse critique « la plus scientifique possible » du covid, à destination des publics des associations de première ligne (personnes analphabètes, sans-papiers, minimexées, etc …) ainsi que bien sûr des animateurs et formateurs chargés de leur formation dans le cadre de l’éducation permanente-populaire. Cette épidémie est révélatrice de questions biologiques (compréhension de ce qu’est un virus, une pandémie, un médicament, un vaccin, …), économiques (la délocalisation de productions essentielles – masques et réactifs - en Asie par exemple), sanitaires (qui sont les personnes les plus vulnérables ? comment les contacter ?), philosophiques (faut-il sacrifier une partie de la population par manque de place dans les hôpitaux ?), politiques (moyens alloués à la santé ? inégalités sociales en santé ?) , liées aux nouvelles technologies (fake news, ..) etc …
    Il s’agit de produire un document de base collectivement, déclinable en power point, info youtube et conférences en ligne.
  • Nous voulons accompagner ces personnes les plus fragilisées par la pandémie, non seulement par des dons « de survie », mais surtout en les aidant à s’organiser pour revendiquer leurs droits : il s’agirait de situations de soutien, de compagnonnage, pour des catégories de population avec lesquelles nous sommes en contact.
    Deux exemples : nous voulons généraliser le projet « y’en a marre » de VSP (qui vise à parrainer 1 sans-papier dans ses démarches de dossiers et administratives, une vingtaine de bénévoles sont déjà en soutien, encadrés par des spécialistes – par ex des juristes spécialisés en droit des étrangers).
    Il s’agit aussi d’étudiants issus de milieu populaire en déshérence, aux études ou souhaitant en reprendre, vu leurs difficultés particulières et l’absence de moyens informatiques adaptés.
  • Nous voulons enfin continuer à produire des analyses qui soutiennent les luttes en cours, avec, pour et par les 1ers concernés. Outre les étudiants et sans-papiers déjà cités, nous pensons aux minimexés, aux personnes en institutions (handicapées, prisonniers, centres fermés, …) et au personnel des soins de santé (la santé en lutte). Cela n’implique pas d’être des chercheurs professionnels, chacun pourra contribuer par des recherches de documentation sur internet ou la production de textes. Le projet est de produire ces outils collectivement, les outils en ligne le permettent (moins facilement qu’en présentiel, mais c’est possible !).
  • Si vous avez d’autres idées ou projets à partager, n’hésitez pas à nous en faire part !

Si vous pouvez nous aider, d’une manière ou d’une autre, merci de nous envoyer votre adresse mail et numéro de tél de contact (sans abus).

Voilà, malgré les ravages du covid, malgré le renforcement des inégalités sociales, malgré des projets gouvernementaux peu enclins à régulariser, malgré un contexte européen lamentable en matière d’accueil des réfugiés, nous pensons qu’il faut très modestement à notre échelle, continuer à analyser ces contextes nouveaux et contribuer à soutenir ces classes sociales les plus vulnérables.