deja X signatures exigences 1

al X handtekeningen 2

WU ABC BOEK VOOR scaled                                  Meer info...

Investeer

Gaston 1                                    Plus d'info

TPNW 50 nonukes.be NL

TIAN 50 nonukes.be FR

hands off assange banner 130x80 justice4assangeWEB

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels

Après des mois particulièrement difficiles et d’importantes pertes financières, les aide-ménagères sont à nouveau menacées par une décision gouvernementale particulièrement perverse. En effet, vendredi, le gouvernement a annoncé qu’il autorisait le chômage temporaire en demi-journée dans le secteur des titres-services. Ce faisant, il accède à une demande des employeurs et par la même occasion, il ouvre la porte aux abus et à des pertes de salaire encore plus importantes pour les aide- ménagères. Une décision totalement incompréhensible pour la FGTB Titres-services.

Effet pervers
Il est évident qu’avec un tel système, l’incitation à la recherche d’autres clients en remplacement risque bel et bien de complètement disparaitre. Pour mieux comprendre, il faut savoir qu’auparavant, les entreprises étaient obligées de trouver des remplacements pour les clients qui annulaient leurs prestations. Les entreprises qui ne faisaient pas cet effort devaient continuer à payer le salaire des travailleurs. Le chômage temporaire était donc l’exception. Mais avec ce nouveau système, le recours au chômage temporaire risque réellement d’augmenter de manière significative avec des conséquences financières dramatiques pour les aide-ménagères. Selon les calculs de la FGTB Titres-Services, il y a en moyenne deux demi-jours d’annulation de clients par semaine. Cela représente une perte de 70,76€ par mois pour des travailleuses à bas salaire.

Le fait que cette mesure soit vendue par le gouvernement comme une mesure en faveur des travailleurs témoigne d'un pur cynisme à l’égard des femmes. Femmes que ce même gouvernement a désignées comme essentielles en période de Corona. Pour rappel, pendant la crise du Corona, et alors que le secteur est subsidié avec de l’argent public à hauteur de 75%, ce gouvernement n'a pas réussi à protéger les aide-ménagères, ni à amortir leur perte de salaire, ni même à imposer aux employeurs le paiement continu des primes de fin d'année. Par contre, il répond sans hésiter à la demande des employeurs d'introduire le chômage temporaire à mi-temps. Ce manque de courage est totalement choquant.

Pour la FGTB Titres-Services, les priorités de ce gouvernement sont claires et les femmes n’en font pas partie ! Au 21e siècle, on ne peut pas se dire défenseur des femmes et continuer à les appauvrir! Au lieu d'introduire un chômage temporaire d'une demi-journée, le gouvernement ferait mieux de freiner les abus et la fraude dans le secteur.

Sébastien Dupanloup, secrétaire fédéral