ManifpostConfAfficheA3NL

ManifpostConfAfficheA3

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels

Si l’encours total pour l’investissement socialement responsable atteint un nouveau record de 59,94 milliards d’euros, la qualité des produits financiers autoproclamés « socialement responsables » laisse toujours à désirer.

Rapport ISR 2020Pour son quinzième rapport sur l’ISR, le Réseau Financité cherche à donner à l'investisseur·euse qui voudrait placer son argent de manière responsable, davantage de transparence sur l'offre actuelle du marché. Car en 2019, l’encours total placé sur les produits dits « socialement responsables » a encore connu une hausse spectaculaire par rapport à l’année précédente (+16,99 milliards d’euros).

La part de marché de l'investissement socialement responsable a elle aussi atteint un sommet historique de 11,2 % en 2019 contre 8,5 % en 2018 (soit le niveau le plus élevé jamais atteint). Ceci est dû à l’importante embellie notée pour les fonds ISR et la diminution de l’encours de l’ensemble des fonds commercialisés en Belgique.

Une qualité encore extrêmement basse

L’intérêt des investisseur·euse·s et des gestionnaires pour l’investissement durable, éthique, vert ou social ne va cependant toujours pas de pair avec la qualité des fonds. En effet, sur l’ensemble des fonds autoproclamés « socialement responsables » (soit 775 fonds identifiés), les trois quarts obtiennent d’office une note de zéro. « Les fonds qui se disent socialement responsables ne doivent répondre à aucune obligation légale et investissent dans ce qu’ils veulent. C’est pour cela que l’on a trouvé 279 fonds qui investissent dans des entreprises ou des États repris sur notre liste noire et qui sont clairement inacceptables du point de vue de l’éthique », regrette Charlaine Provost, autrice du rapport 2020.

La liste noire Financité recense des entreprises de droit Barometerbelge ou étranger, des États et des organismes internationaux ne respectant pas des conventions internationales ratifiées par la Belgique dans les domaines humanitaire, civil, social, environnemental et de gouvernance. Un strict minimum lorsque l’on se prétend socialement responsable.

Sur l’ensemble des fonds étudiés :

  • 36% des fonds ont une incompatibilité totale avec l’étiquette ISR, car ils ont des actifs sur la liste noire Financité.
  • 40% des fonds n’ont pas pu être étudiés en raison d’un manque de transparence sur les actifs qu’ils contiennent.
  • 19 % des fonds étudiés ont une approche sociétale insuffisante (1 et 2 étoiles), ils sont recalés en seconde session.
  • 5 % des fonds étudiés sont considérés comme satisfaisants (3 étoiles), mais ils peuvent mieux faire car aucun d’entre eux ne passe la barre des 60/100.

Toujours pas de label fiable

Des avancées légales, notamment au niveau européen avec son plan d’action « Financer la croissance durable » et le projet de taxonomie des investissements, ont pu être notées en 2019. Cependant, l’investisseur·euse ne dispose toujours pas de label fiable pour identifier quels produits financiers peuvent réellement être qualifiés d’éthiques ou de responsables.

Fin février 2019, la Fédération belge du secteur financier (Febelfin) a annoncé la mise en place d’un label baptisé « Towards sustainabilty ». Mais cette nouvelle norme ne rencontre pas 2 exigences essentielles : la représentativité de la société belge dans son ensemble et la garantie de l’indépendance du label à l’égard du secteur financier. Sur les 279 fonds qui contiennent au moins un actif repris sur la liste noire Financité, au moins 1/3 sont labellisés Towards Sustainabilty.

Annexes

Source: https://mailchi.mp/financite/rapport-2020-34-des-fonds-autoproclams-socialement-responsables-cots-0?e=8c16ae47d8