Kleine brogel                              Meer info...

Affiche

21.04.01 Peperdure pillen Wie bepaalt de prijs                                 Meer info....

WU ABC BOEK VOOR scaled                                  Meer info...

Investeer

Gaston 1                                    Plus d'info

TPNW 50 nonukes.be NL

TIAN 50 nonukes.be FR

hands off assange banner 130x80 justice4assangeWEB

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels


"Nous, celles que vous appe­lez les bonnes, les nou­nous, les ser­vantes, les esclaves modernes, vous allez nous entendre !"

Ce film livre un autoportrait collectif de femmes combatives. Dans l’intimité du groupe, ces femmes en séjour irrégulier témoignent de leurs craintes et de leurs espoirs. Elles s’emparent de la caméra pour rendre compte des différentes formes de violences subies au quotidien, mais aussi de leurs combats. “Les peurs ne disparaissent pas, nous apprenons à vivre avec, elles nourrissent notre lutte »

Ce documentaire a été réalisé dans le cadre d’un atelier vidéo mené par ZIN TV à la demande de la Ligue des travailleuses domestiques du Comité des travailleurs.ses migrants avec et sans papiers de la CSC Bruxelles et appuyé par le MOC Bruxelles et la CSC Bruxelles. La Ligue a été créée en 2018 et regroupe des travailleuses domestiques sans titre de séjour, d’origines et de langues différentes. Elles travaillent dans un secteur peu organisé et entendu. Ensemble, elles mènent un combat comme syndicalistes pour sortir de l’isolement, de l’invisibilité afin d’améliorer leurs conditions de travail, de vie et faire entendre les revendications des travailleurs et travailleuses sans-papiers dans leur ensemble. C’est pour visibiliser ce combat syndical qu’elles ont souhaité réaliser ce film.

La pandémie Covid19 actuelle a révélé une crise sanitaire au départ d’une pénurie structurelle dans le secteur des soins, non seulement dans le secteur hospitalier mais également dans le secteur des soins à domicile et plus largement du travail domestique. Au plus fort de la contagion, l’impact sur les femmes a atteint son paroxysme : d’une part, certaines ont continué à travailler en 1ère ligne, sans protection efficace, d’autre part certaines travailleuses ont perdu leur emploi et se sont retrouvées sans aucun revenu de remplacement étant donné l’absence de titre de séjour. Elles ont cependant été les 1ères à reprendre le travail lors du déconfinement, malgré le risque qu’elles encouraient, ainsi que leur famille, de contracter la maladie. Plus que jamais, la solidarité avec ces militantes qui jouent un rôle fondamental dans notre société est de mise.

Source: https://zintv.org/?na=v&nk=19338-e8252dd133&id=60